> Le musée > Nos partenaires > > > Participez à notre première campagne d'appel aux dons

participez À notre campagne d'appel aux dons

Si, les licornes existent ! 

Jusqu’au 29 février 2024, participez à notre campagne d’appel aux dons pour nous aider à financer une nouvelle vitrine sur-mesure pour la dent de narval et la présenter ainsi à nouveau, de façon permanente, dans la salle des célèbres tapisseries de "La Dame à la licorne".

Pour cela, c'est très simple ! Il vous suffit de vous rendre sur notre plateforme de don en ligne

Un écrin sur mesure pour la dent de narval

Le coût total de l'opération s’élève à environ 45 000 €. La phase d’étude, actuellement en cours, est prise en charge par le musée. La campagne d'appel aux dons porte sur une somme totale de 35 000 € pour la fabrication et l’installation de cette vitrine unique.

Depuis la réouverture du musée de Cluny en 2022, après un important chantier de modernisation, la dent de narval est en réserve. La vitrine qui la protégeait jusqu’alors ne répond plus aux exigences esthétiques et d’intégration dans l’espace de la nouvelle muséographie du musée.
La campagne de don en ligne permettra d’équiper la salle des tapisseries de La Dame à la licorne d’une vitrine sur-mesure et pérenne, tout en assurant des conditions de conservation optimales pour l’ivoire.

Cette vitrine est conçue par le Studio Gardère, qui assure l’étude et le suivi de production. La vitrine se compose de divers éléments techniques complexes qui expliquent son coût :

  • Une vitrine sur-mesure, de plus de 3 mètres de hauteur, 4 faces dont 2 (faces avant et arrière) en verre traité anti-reflet et 2 (les côtés de la vitrine) en métal thermo-laqué, avec une partie amovible pour permettre son ouverture et son entretien,
  • Un système de serrurerie et de charnières discrets pour verrouiller la vitrine
  • Plusieurs micro-spots intégrés afin d’assurer un bon éclairage de l'objet.

Le retour de la dent de narval dans la salle de La Dame à la licorne ajoutera encore un peu plus de merveilleux aux célèbres tapisseries. Cet objet spectaculaire, preuve matérielle de l’existence des licornes au Moyen Âge, permet aussi d’évoquer la richesse symbolique de cet animal extraordinaire, qui n’a jamais cessé de fasciner les imaginaires, même encore de nos jours.  

Une pièce emblématique des collections du musée de Cluny

La dent de narval est l’un des objets les plus emblématiques de nos collections. Autrefois admirée pour ses dimensions impressionnantes – longue de 2,21 m – et ses vertus magiques, elle est conservée aujourd’hui dans les réserves du musée, dans l’attente d’une nouvelle vitrine sur-mesure.

Attribuée au musée de Cluny en 1918, elle serait issue du Trésor de l’abbaye Saint-Denis. À l’époque médiévale, la dent de narval était considérée comme une corne de licorne, l’animal mythique. Elle était un objet rare et convoité et chaque trésor profane ou ecclésiastique important se devait d’en posséder au moins une.

Bandeau 750 Dent De Narval

Conservée à l’origine dans le trésor de l'abbaye, elle est placée au 17e siècle dans la chapelle Saint-Louis. On ne sait pas exactement ce qu’il est advenu de cette "corne" durant la Révolution française mais, en 1794, elle est confiée successivement au Muséum d’Histoire Naturelle puis à la Bibliothèque nationale de France avant de rejoindre définitivement les collections du musée de Cluny en 1918.

De la corne de licorne à la dent de narval

Si la renommée de la licorne a perduré à travers les siècles, c’est sans doute lié à sa morphologie spécifique – sa corne unique – et aux pouvoirs extraordinaires qui lui étaient attribués au moins jusqu’à la fin du 16e siècle. Décrite et représentée de diverses manières dans les textes et l’iconographie, cette corne devient, au 12e siècle, longue, droite et torsadée.

Pendant toute la période médiévale, et même au-delà, la corne de licorne fait figure de véritable panacée. Elle est capable de détecter la présence de poison et de purifier les boissons ou aliments empoisonnés. Elle éloigne les démons et protège contre les forces du Mal. Prise en poudre ou en infusion, elle peut aussi guérir toutes les maladies et combattre tous les venins.
Autant de vertus miraculeuses qui en font une merveille de la nature particulièrement convoitée, en bonne place à la table des princes, dans les trésors d’église et parmi les remèdes recherchés par tous. Vendue plus chère que l’or, son origine fabuleuse ajoute encore à son prix. En effet, la licorne passe pour un animal extrêmement rare et difficile à capturer. 
La corne de licorne, se trouve donc rapidement au centre d’un commerce lucratif et prolifique qui atteint son apogée à la fin du Moyen Âge.

Ce n’est qu’à partir du 16e siècle que certains commencent à douter des réelles vertus de ces cornes et à s’interroger sur leur véritable origine. Ainsi Ambroise Paré, premier chirurgien du Roi, dans son "Discours de la Momie et de la Licorne" (1582), questionne les propriétés remarquables attribuées à la corne de licorne, sans pour autant toutefois remettre en cause l’existence des licornes elles-mêmes.
En s’appuyant sur des expériences réalisées avec des cornes de licorne – dont celle du trésor de Saint-Denis, il veut combattre les superstitions tenaces. Il démontre qu’il s’agit soit de fausses cornes de licorne, soit qu’elles n’ont manifestement aucun pouvoir, ni aucune vertu particulière, contrairement aux fabuleuses promesses annoncées par les "charlatans" et "marchands cupides".  

De même, aux 17e et 18e siècles, plusieurs expéditions sont menées dans les mers du Nord, en Islande et au Groenland. Dès lors, l’hypothèse d’une corne de licorne est définitivement abandonnée au profit de la dent de narval, grand animal marin vivant dans les eaux froides de l’Atlantique Nord.
Doté d’une incisive qui se développe en forme de corne torsadée pouvant atteindre jusqu’à 2 ou 3 mètres de long, le narval a d’ailleurs longtemps été considéré comme une licorne de mer.

Vos réductions fiscales et contreparties

Conformément à la loi Aillagon du 1er août 2003, les donateurs particuliers bénéficient d’une réduction fiscale de 66% du montant du don, dans la limite de 20% du revenu imposable.

Par exemple, un don de 100€ vous revient réellement à 34€, après déduction fiscale, et vous bénéficiez des contreparties suivantes :

Pour tout don

Mention du nom du ou des donateur(s) sur la page de remerciement du site internet du musée

Don de 50€ ou plus

(après déduction fiscale, votre don vous revient rééllement à 17€)

1 laissez-passer pour découvrir les collections permanentes du musée

Don de 150€ ou plus

(après déduction fiscale, votre don vous revient rééllement à 51€)

2 laissez-passer et 1 pièce "Dame à la licorne"

Don de 250€ ou plus

(après déduction fiscale, votre don vous revient rééllement à 85€)

2 laissez-passer avec 2 audioguides multimédias pour découvrir les collections, 1 pièce "Dame à la licorne" 

Don de 500€ ou plus 

(après déduction fiscale, votre don vous revient réellement à 170€)

2 laissez-passer, 1 pièce "Dame à la licorne"  et 1 invitation pour 2 personnes à une soirée privée autour de l’œuvre dans la salle de "La Dame à la licorne"   

 

Pour participer à la campagne et donner en ligne, rendez-vous sur notre plateforme de don

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter le service mécénat