> Collection > Parcours découverte > Les Arts > Art des jardins

Art des jardins

1-jardin

Il ne faut pas attendre André Le Nôtre pour que le jardin occupe une place importante dans les sociétés européennes. Au Moyen Âge, les moines en particulier sont les premiers à développer un art très raffiné du jardin.

Celui-ci remplit plusieurs fonctions : c’est à la fois un lieu agréable, invitant au délassement et à la méditation (c’est le locus amoenus), mais aussi un lieu qui appelle au travail manuel, et qui contribue grandement à la subsistance de la communauté monastique. On s’y repose, on y travaille, on l’admire aussi, puisque dès le XIIe siècle des traités construisent une esthétique du jardin, la recherche d’une harmonie des couleurs allant de pair avec la naissance d’un art des haies et des massifs (art topiaire). Enfin, c’est un lieu clos, replié sur lui-même ( c’est l’hortus conclusus ), parfois dangereux – dans les romans arthuriens, le jardin est un piège pour le chevalier parfois symbolique offrant l’exemple d’une nature maîtrisée par l’homme, évocation du jardin d’Eden, comme s’il en était un reflet.

Le jardin du Musée de Cluny a quant à lui été recréé en 2000 à partir de l’iconographie des jardins médiévaux et des plantes qui y sont représentées.